Cinquièmes Assises de la haute qualité environnementale

La haute qualité environnementale d’un bâtiment concerne l’environnement intérieur (santé et confort des occupants à travers la qualité de l’air, des ambiances visuelles et sonores…) comme l’environnement extérieur (paysages, consommations d’énergie et d’eau, traitement des déchets…). Pour atteindre cette qualité, la démarche HQE préconise de prendre en compte quatorze paramètres de qualité environnementale dans la conception et la réalisation des bâtiments (les 14 cibles). Comment se fixer des objectifs ambitieux ? De quelles compétences s’entourer ? Comment rédiger un programme ? Comment concevoir un bâtiment neuf ou une réhabilitation ? Telles sont les questions auxquelles ces Assises ambitionnent de répondre. Rappelons que le confort acoustique (cible n°9), ainsi que les bruits de chantiers (cible n°3), figurent au nombre des objectifs que se fixe la démarche HQE. La cible n°9 se décompose en deux préoccupations majeures : la protection du bâtiment contre les nuisances acoustiques et la création d’une qualité d’ambiance acoustique adaptée aux différents locaux. Le GIAC (Groupement de l’ingénierie acoustique) souligne l’importance d’une intégration des exigences acoustiques dès le début de l’opération. De fait, pris dès le démarrage, le surcoût dû à l’acoustique se situe entre 3 et 5% pour les bâtiments soumis à réglementation, entre 3 et 10% pour les bâtiments hors réglementation (bureaux, par exemple), les variations à l’intérieur de ces fourchettes étant fonction de l’environnement dans lequel s’implante le bâtiment HQE. Il est donc évident que l’intérêt de tous passe par une intégration des exigences acoustiques dès le début de l’opération.Assises nationales de la haute qualité environnementale, 15, 16 et 17 mars au palais du Grand Large à Saint-Malo. Informations : www.assohqe.org