Bonnets de nuit contre vols de nuit

C’est en pyjamas et bonnets de nuit, avec leur couette et leur oreiller, qu’une centaine de militants et sympathisants de l’Advocnar (association de défense contre les nuisances aériennes) a passé la soirée du 3 décembre 2004 au terminal 2D de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Les yeux médusés des passagers ont pu lire les banderoles et tracts diffusés à cette occasion et découvrir leurs revendications.

« Il faut que ça change ! » martèle l’Advocnar : selon l’association, la France est le pays d’Europe qui fait le moins de cas de ses populations quand on en vient au problème des vols de nuit.

L’association cite en effet des chiffres (source : Union européenne contre les nuisances aériennes, UECNA) qui font de Roissy le leader en matière d’activité aéroportuaire nocturne : avec 162 vols entre 23h00 et 06h00, Roissy détient effectivement le pompon, devant Francfort (127 vols), et Cologne (107 vols) pendant les mêmes créneaux horaires. Comparé aux quatre hubs européens majeurs, Roissy-CDG tient toujours les avant-postes : Londres Heathrow, pourtant le troisième aéroport mondial pour le nombre de passagers (chiffres 2002), ne totalise que 16 vols entre 23h40 et 6h00 ; Francfort, 7ème aéroport mondial compte, on l’a vu précédemment, 127 vols entre 23H00 et 6h00 ; quant à Amsterdam-Schiphol, on y dénombre 43 vols entre 23h00 et 6h00. Fait intéressant, les aéroports londoniens d’Heathrow, Gatwick et Stansted font plutôt bonne figure : à eux trois, ils constituent le premier système aéroportuaire mondial en nombre de passagers (chiffres 2002), mais cumulent 86 vols seulement entre 23h40 et 06h00 du matin.

En 2002, le ministre Gilles de Robien avait pourtant décidé de mesures de réduction de l'activité nocturne : mouvements les plus bruyants du chapitre 3 restreints par quotas de bruit et par compagnie, perte des créneaux horaires non utilisés et plafonnement à 22500 créneaux horaires entre minuit et 5h00 du matin (soit 3500 créneaux de moins qu'en 2002).

Selon l'Advocnar, malgré ces mesures, la situation s'aggrave. L'association rappelle d'ailleurs les conclusions de la récente étude Insomnia : « l’affaiblissement physique et les troubles anxio-dépressifs sont plus fréquents chez les personnes survolées de nuit que celles qui ne le sont pas  ». Et de réclamer une réduction significative des vols de nuit à Roissy, une décision européenne en la matière concernant tous les aéroports implantés en zone urbaine, le développement de l’aéroport de Vatry dans la Marne, avant de parvenir enfin à un couvre-feu total entre 22h40 et 06h00 du matin.www.advocnar.fr