Constat en demi teinte pour les nouveaux couloirs aériens

Cette étude a été menée par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Ile-de-France pour le compte de l’Acnusa. Elle avait pour objectif principal d’estimer les populations survolées dans le Bassin parisien1 après la réorganisation aérienne et de les comparer aux situations de référence que sont les cartographies des zones de survol avant réorganisation et celles résultant du projet initial de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC).

Effective depuis le 21 mars 2002, la réorganisation aérienne dans le Bassin parisien devait en principe soulager un million environ des 3,5 millions de personnes survolées en dessous de 3000 mètres autour de Roissy et Orly. Pour l’ensemble du Bassin parisien, le nombre de personnes survolées a diminué :
- face à l’ouest, la configuration la plus fréquente, les avions à destination et en provenance de Roissy et d’Orly survolent actuellement près de deux millions d’habitants et 650 communes ;
- face à l’est, plus de 2,4 millions d’habitants et 864 communes sont survolés.

Mais l’effet positif est moins marqué pour les survols à basse altitude (les vols en dessous de 1000 mètres d’altitude sont les plus difficilement supportables) notamment en configuration face à l’est : les nouveaux couloirs se traduisent par une diminution de 7% seulement du nombre de personnes survolées en dessous de 1 000 mètres (38 500 personnes de moins) et même par une augmentation de 4% des Franciliens survolés entre 1000 et 2000 mètres (41 500 personnes).

Par rapport au projet initial de la DGAC (Eurocontrol), l’impact actuel global est :
- plutôt positif face à l’ouest, avec une baisse de population de 11% ;
- plutôt négatif face à l’est, avec une augmentation de 9% des survols ;
- quelles que soient les configurations au vent à basse altitude, 261 000 personnes supplémentaires sont survolées à moins de 1 000 mètres au dessus de Roissy et 44 900 de plus au-dessus d’Orly.

A noter que la DGAC propose des cartes de survol et des cartes de bruit sur les nouveaux couloirs de desserte des aéroports parisiens. Disponible en CD-Rom et sur le web, ces cartes ont été réalisées à la demande de l’Acnusa dans un souci de transparence et de communication des informations environnementales.1 Bassin parisien = Ile de France + parties des régions limitrophes Voir le communiqué de l’Acnusa