Maîtrise des nuisances sonores aériennes en Ile-de-France : bilan 2003

La baisse du trafic aérien entre 2002 et 2003 – 0,6 % à Roissy et 3,1 % à Orly – est essentiellement imputable à la crise économique et à la faillite de compagnies telles qu'Air Lib, mais à Roissy, des efforts ont été consentis pour limiter le trafic nocturne (Orly bénéficie déjà d’un couvre-feu entre 23h40 et 6h00). En effet, dès avril 2004, Air France aura supprimé la quasi-totalité de ses vols entre 0h00 et 5h00, seul subsistant le vol en provenance de Tokyo ; La Poste a accepté de réduire de 25% le nombre de ses vols réalisés entre 0h00 et 5h00, les liaisons entre Paris et Nantes, Mulhouse, Poitiers et Metz-Nancy-Lorraine étant maintenant assurées par voie terrestre (au prix d’une heure limite de dépôt avancée).

De plus, des arrêtés ont été pris en vue de limiter le trafic nocturne : en ne restituant pas de créneaux rendus par les compagnies aériennes, en interdisant des vols qui ne sont pas programmés ou en interdisant les avions les plus bruyants (voir notre article Aéroport de Roissy : trois nouveaux arrêtés publiés). Enfin, la construction d'une cinquième piste à Roissy a été écartée et le projet de troisième aéroport abandonné (voir notre article Nuisances sonores aéroportuaires : le Gouvernement prône la desserte équilibrée du territoire).

Concernant l’aide à l'insonorisation des logements riverains, à la révision plans de gêne sonore (PGS) s’ajoutent la création d’une taxe spécifique et le transfert de la gestion des aides aux exploitants des aérodromes (voir notre article Nouvelle taxe sur les nuisances sonores aériennes). Dès 2004, ces mesures feront passer le total des sommes collectées pour les dix aéroports français de 17 millions d’euros en 2002 à 55 millions d’euros par an.

Les 8 fiches du dossier de presse :

- plafonnement des nuisances sonores à Roissy ;
- limitation du trafic nocturne ;
- suppression des avions les plus bruyants à Roissy ;
- évolution du dispositif d'aide à l'insonorisation ;
- sanctions ;
- évolution du trafic aérien en 2001, 2002 et 2003 ;
- troisième réseau d'aéroports et Vatry ;
- projet d'aménagement d'un aéroport destiné à desservir le Grand Ouest sur le site de Notre Dame des Landes.Lire le dossier de presse