Nouveaux engagements sur l’environnement à Lyon-Saint-Exupéry

L’aéroport Lyon Saint-Exupéry poursuit sa politique de développement durable avec l’annonce, le 27 mai dernier, de la signature d’un nouvel accord avec les acteurs locaux. Après un premier accord établi en 2000 pour une période de trois ans, ce nouveau document, nommé « Engagements des acteurs locaux pour l’environnement », passe en revue les actions prévues sur la période 2005-2008. Treize des trente-sept engagements concernent la maîtrise des nuisances sonores.

L’un de ces nouveaux engagements porte sur l’expérimentation à Saint-Exupéry de fenêtres à contrôle actif du bruit. Développées dans le cadre du projet européen Teria. Le principe du contrôle actif consiste à annuler la nuisance acoustique des avions au moyen de l’émission d’une onde sonore produite par des hauts parleurs.

Dans un autre registre, la CCE de l’Aéroport Lyon-Saint Exupéry a créé l’observatoire de l’environnement sonore indépendant de l’Aéroport, l’ODESA (Observatoire de l’Environnement Sonore de l’Aéroport Lyon-Saint Exupéry). Pour la première fois en France, un observatoire de ce type est géré de manière indépendante, et ce sous forme associative. Ente autres projets, l’ODESA établira une méthodologie pour la cartographie des nuisances sonores multisources, intégrant le bruit provenant de l’industrie et des transports terrestres.

Il sera par ailleurs proposé au ministre chargé des transports d’étendre la plage d’interdiction des mouvements d’avions les plus bruyants du chapitre 3 à la période de 22h-6h. Pour rappel, l’interdiction en vigueur depuis novembre 2003 porte sur la période 23h40-6h00. L’aéroport s’engage aussi à éviter la dispersion inhabituelle des trajectoires, par la mis en place de limites spatiales.

Succédant à Paul Leyval, un nouveau médiateur, Frédéric Launay, est investi, depuis début 2005, de la mission de répondre aux interrogations des riverains. Une nouvelle version de l’outil CONSTAS de suivi en temps réel des trajectoires sera disponible à partir de fin juin. Il permettra de visualiser les vols en trois dimensions et de changer l’angle de vue, et sa précision permettra d’isoler un quartier donné.

Enfin, le journal trimestriel Dialogue prévoit désormais l’intégration d’un texte rédigé et illustré directement par des associations de riverains et élus locaux dans le cadre d’un droit d’expression en toute liberté.Lire le dossier de presse sur les engagements 2005-2008 : www.lyon.aeroport.fr