Nouvelle estimation 2005 des populations survolées en région parisienne

La présente étude est le troisième bilan établi après la réorganisation de l’espace aérien en région parisienne, intervenue en mars 2002. L’objectif de cette estimation est de connaître l’évolution de la situation 2005 par rapport aux situations de 2002 et 2003. La méthode utilisée est identique depuis 2003, ce qui permet de comparer le bilan 2005 avec les précédents. Réalisée à partir de données provenant de la DGAC, cette évaluation quantitative a aussi pour objectif d’établir une cartographie à destination du grand public illustrant les zones de population survolée par les flux d’Orly et de Roissy.

Cette estimation est obtenue en croisant les données démographiques du recensement de 2004, les traces radar (trajectoires et latitudes) des flux aériens inférieurs à 3000 mètres et la cartographie des communes du bassin parisien. Les journées considérées sont le 1er juillet 2005 pour la configuration de vent face à l'ouest, le 10 juin 2005 pour la configuration de vent face à l'est. Le croisement entre ces différentes informations permet donc d'établir les enveloppes de trajectoires selon les configurations, et de calculer le nombre d'habitants concernés.

Une amélioration méthodologique a été apportée, sans conséquence aucune sur les comparaisons faites : le découpage horizontal des zones de survol s’effectue désormais par un maillage de 1km de coté. Les mailles sont dites survolées par un flux si, effectivement, elles sont survolées par plus de 7 avions par jour.

Il est à noter que le nombre de mouvements d’avions (atterrissage et décollage) pris en compte dans l’étude 2005 est en légère augmentation par rapport à la situation 2003 (+2,5 % pour Orly, +1,3 % pour CDG).

En 2005, environ 2 460 000 habitants du Bassin parisien – dont 2 340 000 franciliens – sont concernés par des survols inférieurs à 3000 mètres d’avions à destination et/ou en provenance des aéroports de Paris-CDG et Paris-Orly : 1 259 000 en configuration face à l’ouest et 1 540 000 en face à l’est. Face à l’ouest, ces chiffres sont en hausse de 10% par rapport à 2003 (+ 113 000 habitants). Cette augmentation concerne principalement les personnes survolées par les avions au départ de l’aéroport de Paris-CDG. Dans les tranches d’altitude les plus basses, en revanche, une diminution du nombre de personnes survolées est observée. Par vent de secteur est, l’évolution 2005-2003 est une baisse de 17% (- 308 000 habitants). On observe pourtant, dans cette configuration, une augmentation du nombre de personnes survolées par les avions à destination de l’aéroport de Paris-Orly quelle que soit la tranche d’altitude considérée. Ce sont, en outre, les tranches d’altitude les plus basses qui sont les plus concernées.

Concernant maintenant les personnes survolées chaque jour de l’année, entre 0 et 3000 mètres, il n’est pas observé de modification notable du nombre d’habitants toujours survolés par les avions, quelle que soit la configuration de vent (baisse de 3%, soit 10 800 personnes environ).
Ce dernier bilan se répartit ainsi :
- entre 0 et 1000 mètres, + 1400 survolés, soit une hausse de 14% ; près de 12 000 personnes du Bassin parisien sont survolées chaque jour de l’année à moins de 1000 mètres, quelle que soit la configuration de vent ;
- entre 1000 et 2000 mètres, + 30 800 survolés, soit une hausse de 56% ; près de 98 000 habitants sont survolés, chaque jour de l’année, à moins de 2 000 mètres ;
- entre 2000 et 3000 mètres, - 43 000 survolés, soit une baisse de 15% ; plus de 334000 habitants sont survolés, chaque jour de l’année, à moins de 3000 mètres.

Ce nouveau bilan quantitatif montre une stabilisation de la réorganisation, probablement due à son appropriation tant par le contrôle aérien que par les pilotes. Les faibles variations observées peuvent être expliquées par le tracé des zones de survol, directement lié aux journées caractéristiques de l’année. Si les trajectoires des avions sont similaires d’une année sur l’autre, quelques différences existent. Les conséquences peuvent être perceptibles sur les résultats obtenus, notamment sur les zones à forte densité de population.Estimation des populations survolées en 2005 par les aéronefs à destination et en provenance de Paris-Orly et Paris-Charles-de-Gaulle. Février 2006