Note technique sur l’insonorisation des logements proches des aéroports

La vocation de ce document est d’apporter des points de repères techniques à tous les acteurs de la procédure d’insonorisation des logements des riverains des grands aéroports, afin d’en faciliter la mise en œuvre et d’en optimiser les résultats sur le plan technique et financier. Il présente simplement, à travers des cas de figure, les résultats qu’il est possible d’obtenir et à quelles conditions, sans préjudice d’autres solutions. On notera, non sans intérêt, que la partie consacrée aux exemples de solutions emprunte des éléments au document du Certu (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques) intitulé « Isolation acoustique des façades – Guide technique et administratif pour le traitement des points noirs du bruit ». Cet emprunt, concerté avec le Certu, participe d’un souci de cohérence avec les diverses réflexions techniques déjà menées pour le traitement d’autres sources de bruit.

Dans une première partie, l’ouvrage présente les principes d’isolation par rapport aux bruits extérieurs. Une seconde partie consacrée à des exemples de solutions d’isolation présente les différents éléments sur lesquels il est possible d’intervenir et les principes généraux d’intervention, qui sont les mêmes que pour le cas du bruit routier. En revanche, les exigences de performances pour chacun des éléments et leurs combinaisons sont traitées en tenant compte de la nature spécifique du bruit des avions.

Dans la partie dédiée aux exemples de solutions, pour différentes exigences d’isolement (30, 35, 38 et 40 dB), les options techniques correspondantes sont décrites avec précision. Tous les éléments ayant une contribution sur la performance acoustique finale – parois, fenêtres, coffres de volets roulants, entrées d’air –, sont passés en revue et font l’objets d’exemples de calcul largement agrémentés de spectres en fréquence. Bruit aéronautique oblige, une large part de l’ouvrage est consacrée à l’isolation acoustique des toitures, qu’il s’agisse de combles aménagés ou de combles perdus. Le cas particulier des fenêtres de toits, les chemins parasites, tels qu’une VMC installée en comble perdu, ou une cheminée à foyer ouvert, font notamment l’objet de précisions. La troisième partie du document aborde les missions et responsabilités incombant à la maîtrise d’œuvre : diagnostic de l’existant, définition des solutions techniques et dimensionnement des travaux, consultation et choix des entreprises, suivi et réception des travaux.

La toiture reste le composant le moins bien connu sur le plan acoustique. Face à ce constat, le document explore, dans une dernière partie, les systèmes de couverture les plus représentatifs en cherchant à trouver des solutions d’insonorisation adaptées aux différentes contraintes liées à ce type d’ouvrage (efficacité acoustique, coûts, gêne pour l’occupant, ventilation, performance thermique…).Insonorisation des logements proches des aéroports - Note technique Points de repères - octobre 2006 - Service technique de l’Aviation civile - Département bâtiments (format pdf - 3,2 Mo)