Vers un avion silencieux

En matière de réduction du bruit des avions, avionneurs et motoristes ont, ces quatre dernières décennies, réalisé des progrès considérables. Par exemple, le réacteur à double flux constitua, au milieu des années 90, une avancée décisive. A tel point qu’à l’heure actuelle, à l’atterrissage, c’est le bruit aérodynamique qui l’emporte sur celui des moteurs. Mais on attend maintenant le prochain saut technologique qui permettra d’ouvrir un nouveau pan de la réduction de l’impact sonore des aéronefs. Or, des ingénieurs de l'université de Cambridge et de l'institut de technologie du Massachusetts (MIT) sont peut-être sur une piste prometteuse.

Lancé en novembre 2003, leur projet, le Silent Aircraft Initiative, avait pour but de réduire au maximum le bruit d’un avion, surtout durant les phases de décollage et d’atterrissage. Première idée intéressante : se servir de la carlingue comme écran antibruit, en plaçant les entrées d’air des moteurs sur le dessus des ailes. Deuxième innovation, le design en aile delta de l’appareil, qui se démarque nettement de celui des avions de ligne conventionnels et de leur fuselage cylindrique. Entre autres avantages, cette forme offre plus de place pour intégrer les moteurs à la structure de l’avion ; ceux-ci prennent une part importante dans le bruit aérodynamique. Le bruit émis lors de l'atterrissage étant lié à la vitesse avec laquelle l'avion arrive sur la piste, les ingénieurs ont aussi réfléchi à une technologie permettant de poser l’engin en douceur. L’un des axes d’investigation repose enfin, sur un train d’atterrissage ajouré, dont la signature sonore plus aiguë serait plus facile à dissiper.

Un prototype devrait voir le jour dans les douze prochains mois, mais il ne faut pas espérer voir d’application concrète avant une vingtaine d’années.Pour plus d’informations