Agents ototoxiques et exposition au bruit : la réglementation fait défaut

L’objectif de cette revue bibliographique menée par l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité) était d'évaluer la pertinence de la réglementation destinée à limiter les expositions bruyantes d'origine professionnelle pour diminuer les risques de surdité des personnes exposées à des bruits et à des agents ototoxiques (nuisibles pour l’oreille) chimiques d'origine professionnelle ou extra-professionnelle.

L’étude montre en effet que, d’une façon générale, le risque de surdité a été évalué d'abord dans des conditions d'exposition aux seuls agents ototoxiques identifiés (tels que les antibiotiques aminoglycosidiques, les diurétiques, l'aspirine, les anti-tumoraux et les solvants aromatiques). Le cas de la co-exposition au bruit et aux agents ototoxiques n’a été apprécié que lorsque la littérature le permettait.

L’analyse souligne l’absence de réglementation spécifique pour des personnes exposées à la fois au bruit et à des agents ototoxiques chimiques fragilisant l'oreille interne – la cochlée une fois contaminée par un agent ototoxique pourrait se révéler plus vulnérable à une agression sonore qu'une oreille exposée uniquement au bruit.

Conclusion, compte tenu de la durée d'exposition à un agent chimique, même après cessation de l'exposition, les données expérimentales récentes présentées dans cette revue devraient être prises en considération par les responsables de la réglementation en vue de protéger l'audition des personnes exposées à des nuisances multiples.Source :revue Archives des maladies professionnelles et de médecine du travail en ligne(accès à au texte intégral payant)