Dans une nouvelle brochure, l'INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) sensibilise sur le risque auditif que peut générer la pratique de la visioconférence au travail. Conseils.

 

femme télétravaillant gênée par le bruitLe télétravail s'est considérablement développé en entreprise depuis deux ans, et, avec le télétravail, les pratiques de visioconférence, de téléphonie et d'autres nouveaux moyens de communication à distance. On le sait pour nos loisirs, un peu moins dans notre cadre professionnel : une écoute prolongée au casque ou avec des écouteurs à des niveaux sonores élevés cause un risque pour l'audition. Cela peut être le cas dans la pratique régulière de la visioconférence.

Comment agir pour protéger notre audition ? 

Si une telle pratique est généralisée en entreprise, l'INRS recommande à l'employeur :

  • de sensibiliser les travailleurs au risque auditif ; 
  • de mettre à leur disposition des casques et écouteurs audio performants ;
  • former les salariés à leur utilisation.

Éviter l'abus de visioconférence

Pour limiter la pratique de la visioconférence et ainsi diminuer le temps d'écoute, l'INRS préconise : 

  • de favoriser les réunions courtes ; 
  • respecter la durée de la réunion et se tenir à l'ordre du jour ; 
  • limiter le nombre de visioconférences par jour (pas plus de 4heures consécutives de temps de réunion) ; 
  • prévoir des pauses d'au moins 15 minutes entre chaque réunion ; 
  • instaurer des pauses pendant les réunion (5 à 15 minutes de pause).

Brochure ed 6478 de l'INRS, "Visioconférences. Comment préserver la santé de vos salariés?", mai 2022