Parution : Environnement virtuel pour l’évaluation de la perception des nuisances visuelles et sonores des infrastructures de transport

Des chercheurs ont étudié les interactions entre perception sonore et perception visuelle de la route au moyen d’un outil de simulation capable de recréer un environnement virtuel d’un grand réalisme.

Des chercheurs du CSTB et de l’INRETS, dans un ouvrage collectif réalisé dans le cadre du PREDIT, ont développé un système de restitution sonore (holophonie) et visuelle (synthèse d’images) pour évaluer la perception sonore et visuelle d’une autoroute, du point de vue du riverain. Ce système a été implanté et validé au Laboratoire de simulation et d'évaluation de l'environnement (LSEE) de l'INRETS. Ces travaux expérimentaux menés en collaboration avec deux industriels (Colas et Segex) confirment l’importance d’une approche globale de l’environnement (multisensoriel/multinuisances). Cependant, dans ce type de contexte, la dimension sonore l’emporte sur l'aspect visuel et les interactions entre perception sonore et perception visuelle de la route apparaissent quelque peu limitées. Résumé :
Les nuisances sonores et visuelles sont souvent à l'origine d'importantes revendications des riverains d'infrastructures routières. Des expérimentations utilisant un système de restitution sonore (holophonie) et visuelle (synthèse d'images) d'un grand réalisme ont été menées au Laboratoire de Simulation et d'Evaluation de l'Environnement (LSEE) de l'INRETS. Seize scénarios construits en croisant 4 niveaux d'exposition au bruit avec 4 niveaux d'intrusion visuelle de la route ont été présentés à 32 participants. Des relations bruit-gêne sonore et intrusion visuelle-gêne visuelle ont été établies. Les interactions entre perception sonore et perception visuelle de la route sont cependant quelque peu limitées : le bruit aune influence sur la perception visuelle dès lors que les niveaux de bruit sont élevés et l'intrusion visuelle due à la route aune influence sur la perception du bruit, seulement lorsque les niveaux de bruit sont faibles. La gêne totale résultant à la fois des nuisances sonores et visuelles de la route est largement déterminée par la gêne sonore; l'influence de la gêne visuelle dans la gêne totale est donc assez faible. Aucune relation significative n'a été trouvée entre les niveaux de bruit et les niveaux d'intrusion visuelle d'une part et la gêne totale d'autre part.

Environnement virtuel pour l’évaluation de la perception des nuisances visuelles et sonores des infrastructures de transport. Patricia Champelovier – Myriam Hugot – Jacques Lambert – Jean-Christophe Lombardo – Julien Maillard – Jacques Martin – Les collections de l’Inrets - Rapport n°268 – Octobre 2005 – 132 pages – ISBN : 2-85782-632-X – Prix 15,24 € www.inrets.fr