Pétition contre les camions de l'A22

A Tourcoing (Nord), depuis la construction d'un écran acoustique en bordure de l'autoroute A22, les nuisances sonores se seraient accentuées. Une pétition a été lancée pour dénoncer cette situation.

Sur l'autoroute A22, l'autoroute franco-belge qui relie Lille à Gand, la DDE du Nord a érigé fin juin 2009 un écran acoustique à hauteur de la commune de Roncq (Nord), dans le sens Gand-Lille. Réclamé de longue date, l'ouvrage, qui a coûté 200 000 euros, s'étend sur 100 mètres de long et 3 mètres de haut. Pourtant, certains riverains de l'infrastructure se disent déçus. La situation s'est améliorée pour les maisons situées immédiatement derrière le mur antibruit mais, au-delà de 100 m, pour les riverains de Roncq et du Clinquet (quartier de Tourcoing), ce serait même plus bruyant. Une situation que Hervé Dizy, président du collectif local contre les nuisances sonores, explique par le manque de continuité des ouvrages antibruit actuellement en place. Pour lui, « mieux vaudrait détourner les poids lourds, ce qui limiterait aussi la pollution ». Effectivement, cette portion d'autoroute connaît un trafic de poids lourds pour le moins conséquent : Henri Dathis, un habitant de Tourcoing qui s'est livré à un comptage à la fin août, a recensé 840 passages de poids lourds en une heure (dans les deux sens). Ces milliers de camions par jour l'ont convaincu à lancer une pétition dans son quartier, signée par l'intégralité des trente résidants sollicités. La pétition propose différentes mesures, telles que la réduction du trafic par l'incitation au contournement (lequel est d'ailleurs prévu par un arrêté préfectoral de 2006). Le collectif suggère aussi d'interdire les dépassements et de limiter la vitesse à 90 km/h (au lieu de 100 actuellement). Un article de Nord-Eclair nous fait savoir que la Ville de Tourcoing est solidaire de la démarche des riverains tourquennois de l'A22. Ce récit nous semble symbolique de l’expertise citoyenne que les aménageurs auraient sans doute avantage à convoquer en amont de leurs prises de décision. Le cadre réglementaire de la directive européenne 2002/49/CE sur l’évaluation et la gestion du bruit dans l’environnement prévoit d’ailleurs une participation du public à l’élaboration des plans de prévention du bruit.

Source : article de Nord Eclair du 3 septembre 2009 – Auteur : Mathieu Jégou - www.nordeclair.fr