Parution : un guide pour en finir avec les préjugés sur le bruit des avions

Le Collectif contre les nuisances aériennes de l’agglomération toulousaine (CCNAAT), avec le concours du Conseil régional Midi-Pyrénées, vient de publier une brochure de vingt pages qui s’efforce d’apporter des éclaircissements sur un certain nombre d’idées fausses qui circulent sur le sujet de l’impact sonore du trafic aérien. Une initiative intéressante, tant, effectivement, ce thème du bruit des avions n’a pas son pareil pour collectionner poncifs et confusions. Un exemple ? Le bruit ne serait qu’un problème de confort ? Et bien non, il s’agit bien d’un problème de santé publique : l’Organisation mondiale de la santé et le ministère de la Santé dénoncent en particulier les effets majeurs du bruit nocturne dépassant les 45 dB. Les riverains seraient venus se mettre sous les avions ? Faux ! Bien au contraire, à Toulouse par exemple, ce seraient plutôt les populations qui se sont fait rejoindre par le bruit, nous apprend le document. Un récit historique de l'urbanisation autour de Blagnac vient en attester. En 1962, Toulouse-Blagnac compte tout au plus 10 vols commerciaux par jour. Les quartiers Papus-Bagatelle-La Faourette (1948) et le Cristal aux Arènes (1950), survolés aujourd'hui, sont déjà construits. La construction des cités du Mirail et de la Reynerie, vouées à accueillir 100 000 habitants, est également enclenchée. Cette période correspond aussi à la construction de l'Ecole Vétérinaire, de la Faculté du Mirail, de la ZAC des Pradettes, de l'Hôpital de Rangueil et de nombreux quartiers pavillonnaires sur Fontaine-Lestang et Saint-Cyprien. En parallèle, le trafic aérien se développe, tant et si bien qu'en 1974, alors que la ville compte déjà 348 000 habitants, un Plan d’exposition au bruit (PEB) est adopté, afin d’y limiter l'installation de nouvelles populations. En 1996 et 2003, des changements de procédure de décollage et d'atterrissage vers le nord et le sud viennent troubler la tranquillité de populations qui se croyaient jusqu’alors à l'abri des nuisances sonores aéroportuaires. Quant au PEB, avec l’expansion du trafic – en 2007, on en est à 200 mouvements commerciaux environ par jour –, s’il se limitait aux abords de l'aéroport en 1974, il couvrait 2278 hectares en 1989, pour 15 571 habitants concernés, et couvre aujourd’hui 3705 hectares, pour 40 226 habitants concernés. Un dernier exemple d’idée fausse invalidée par cette brochure : le trafic aérien fait du bruit, c’est inévitable. Vrai – car on ne sait pas faire décoller ou atterrir un avion sans bruit – et faux à la fois – car on peut implanter les aéroports en dehors des zones urbanisées. Et le document de citer quelques exemples européens d’éloignement des infrastructures aéroportuaires du centre-ville : le nouvel aéroport d’Oslo-Gardermoen s’est construit à 48 km de la capitale norvégienne, la nouvelle plateforme de Spatna, construite pour les JO, est située à 33 km d’Athènes, Milan a ouvert Malpensa à 46 km de la Scala, Munich a 35 km de Marienplatz, Berlin, Madrid, Ankara... toutes les grandes capitales européennes, nous dit le CCNAAT, se dotent d’infrastructures de transport performantes. En France, Notre-Dame-des-Landes, la nouvelle plateforme de desserte du Grand-Ouest, ne concerne que 660 riverains… On pourrait même ajouter que Montréal, sous la pression des riverains de Dorval, envisage de rouvrir l'aéroport de Mirabel, situé à une quarantaine de km du centre-ville... L’aéroport de Toulouse, lui, est à 6,7 km du Capitole ! Histoire d’alléger un peu le propos, le guide est largement agrémenté d’illustrations fort réussies et pleines d’humour. L’ouvrage peut être commandé depuis le site de la CCNAAT (au tarif de 3 euros pour 1 exemplaire, 10 euros pour cinq exemplaires et 16 euros pour dix exemplaires). « Avions : Halte aux bruits qui courent » - CCNAAT - Région Midi-Pyrénées - Edition 2008 Le Collectif contre les nuisances aériennes de l’agglomération toulousaine (CCNAAT) regroupe les riverains de 28 quartiers de Toulouse et de 12 communes de l’agglomération, soumis aux nuisances de l’aéroport de Toulouse-Blagnac.
Page de présentation du guide (site de la CCNAAT)