Relèvement des trajectoires à Orly : l’ACNUSA veut plus de preuves de gain environnemental

L’autorité indépendante a rendu en décembre un avis défavorable sur le projet de relèvement des altitudes d’arrivées des avions en provenance du sud-est à destination de l’aéroport de Paris-Orly en configuration de vent d’est. Des études complémentaires sont réclamées, afin d’objectiver les réels bienfaits de cette mesure pour les populations concernées.

L’autorité indépendante a rendu en décembre un avis défavorable sur le projet de relèvement des altitudes d’arrivées des avions en provenance du sud-est à destination de l’aéroport de Paris-Orly en configuration de vent d’est. Des études complémentaires sont réclamées, afin d’objectiver les réels bienfaits de cette mesure pour les populations concernées.

En onze ans d’activité, l’ACNUSA n’a émis que trois avis défavorables : deux portent sur les contours de PEB, le troisième sur des mesures de circulation aérienne (volumes de protection environnementale). Le 2 décembre dernier, l'Autorité a dit non pour la quatrième fois, en rendant un avis défavorable sur le projet de relèvement du point d’interception de l’ILS pour les arrivées à Orly en configuration face à l’est. La CCE de Paris-Orly, elle, avait pourtant rendu un avis favorable. Selon l’étude diligentée par l’Autorité, si le relèvement était appliqué, seules deux communes seraient beaucoup moins exposées, tandis que de nouvelles communes, peu survolées, risquent de le devenir. De surcroît, l’ACNUSA estime que ce projet ne respecte pas les engagements pris dans le cadre des travaux du Grenelle de l’Environnement par les acteurs du transport aérien, à savoir tenir compte à la fois des nuisances sonores (gêne pour les riverains), des émissions de gaz carbonique (effet de serre) et de la pollution locale aux oxydes d’azote. L’Autorité estime incomplète l’étude d’impact réalisée. Deux raisons à cela : la problématique liée aux émissions dans l’air n’y est pas prise en compte ; les populations doublement survolées ne sont pas comptabilisées. L’ACNUSA réclame donc des compléments d’études. Avis de l’Autorité sur le projet de relèvement des altitudes d’arrivées des avions en provenance du sud-est à destination de l’aéroport de Paris – Orly en configuration de vent d’est – 2 décembre 2010 – www.acnusa.fr Nota : Dans un rapport réalisé en 2005 sur l'impact sonore de l'activité aéroportuaire d'Orly, le CIDB avait consacré deux pages à cette problématique du flux en provenance du sud-est en configuration par vent d'est. Ces deux pages sont disponibles au téléchargement (format pdf - 3,85 Mo)