Vers une heure silencieuse dans les supermarchés

Une heure silencieuse par semaine dans les supermarchés pour les personnes qui présentent un trouble du spectre de l'autisme (TSA) ? C'est l'objet de la proposition de loi adoptée le 28 janvier 2021 par la commission des affaires économiques. La musique et les annonces sonores sont coupées, le bruit des appareils électroniques et des encaissements diminué, ce qui permet aux personnes présentant des TSA de faire leurs courses sans souffrance. Une idée originale, qui pourrait d'une part être bénéfique à tous, et d'autre part être étendue à d'autres lieux de la vie quotidienne.

 

rayon de supermarche avec une personne

Un supermarché de Vierzon (18) avait pris cette initiative à la demande de la mère d'un enfant présentant des TSA. Deux autres établissements ont suivi, à Thourotte (60) et à Mirepoix (09). Les magasins U ont ensuite étendu cette démarche à l'ensemble de leurs établissements. Pour les personnes autistes, la visite de supermarchés est une épreuve douloureuse : leur environnement sonore et lumineux est agressif et source de stress important. Leur hypersensibilité les empêche de se rendre dans ces lieux.
 
La proposition de loi a été déposée le 11 septembre 2019 (lire le rapport de la rapporteur Mme Essayan). Elle consiste à contraindre les commerces de plus de 1000 m2 de procéder à la réduction du volume sonore au moins une heure par semaine. Les commerces concernés devraient également informer le public de l'horaire retenu. Un guide des bonnes pratiques devrait venir accompagner les exploitants dans la mise en place de ces mesures. Si la loi est adoptée, ces prescriptions entreront en vigueur dès le 1er janvier 2022. Mais rien n'empêche les exploitant d'organiser dès maintenant ces plages horaires tant attendues.
 
Améliorer la tranquillité sonore des citoyens et notamment des plus sensibles est l'un des objectifs du Plan National Santé Environnement 4 (PNSE 4) 2020-2024 : "Les communes, les entreprises, les établissements recevant du public pourront créer des espaces calmes, dans les lieux publics et partagés, préservés du bruit des transports et des autres sources de bruits (bruits continus de ventiltion, bruits des comportements...). Dès 2022, les premiers "espaces calmes" labellisés seront créés."

Consulter la proposition de loi