A Paris, la médiation de quartier fait ses preuves

Des correspondants de nuit interviennent dans les quartiers sensibles de la capitale afin d’y gérer les conflits de voisinage et prévenir les incivilités.

Prévention des nuisances et des incivilités, accompagnement physique d'habitants, signalement de problèmes de voirie...à Paris, de 16 heures à minuit, les correspondants de nuit tentent de résoudre les petits problèmes du quotidien qui empoisonnent la vie des habitants. Déployés dans dix quartiers (9 arrondissements) de la capitale, ils sont en quelque sorte le "guichet unique" de la Ville aux heures où les services publics sont habituellement fermés. Agents de médiation, ils sont là pour prévenir les nuisances et les incivilités (rappel à la règle face à un comportement incivique, explications...) et trouver des solutions aux « petits » conflits entre usagers de l'espace public, entre personnes marginalisées, entre voisins. Ils ont aussi un rôle de veille sociale (écoute des personnes fragilisées, communication d'informations envers les services sociaux) et de veille technique (alerte sur des dysfonctionnements techniques liés à la voirie, la propreté, les dangers imminents...). Enfin, ils ont aussi pour mission l'accompagnement physique des personnes, ce qui permet d'agir sur leur sentiment d'insécurité. Les habitants peuvent les solliciter en appelant la permanence téléphonique, ouverte tous les soirs. Pour les élus, les informations remontées par ces équipes de terrain constituent un diagnostic permanent de la situation dans l'arrondissement. Début septembre, Bertrand Delanoë, le maire de Paris, est venu rencontrer l'une de ces équipes de correspondants de nuit. Il a confirmé le succès de ce dispositif très apprécié des habitants, tout en en soulignant l’aspect coûteux.

Source : www.paris.fr