Euronoise 2006 : record de participation

Du 30 mai au 1er juin 2006, la ville de Tampere (Finlande) a accueilli le 6ème congrès Euronoise. Première du genre dans ce pays de 5 millions d’habitants seulement, cette manifestation était organisée conjointement par la Société d’acoustique de Finlande (ASF), l’European Acoustics Association (EAA) et le Centre de recherche technique de Finlande (VTT). Petit pays certes, mais où l’acoustique est une discipline bien portante : pour preuve, en Finlande, la société d’acoustique est plus ancienne que la Société française d’acoustique (SFA), et plusieurs organismes de recherche et entreprises de grande ampleur sont fortement impliqués dans les actions de recherche européennes. On notera au passage que la Finlande possède le budget de recherche par habitant le plus élevé d’Europe.

Situé à 200 km au nord d’Helsinki et à quelques km de Nokia, berceau de la célèbre entreprise de télécommunication, Tampere a été bâtie entre deux lacs dont la dénivellation a permis la production d’énergie hydraulique et assuré le développement d’industries multiples, aujourd’hui remplacées par des entreprises de haute technologie et une importante activité d’enseignement et de recherche.

Après le succès du congrès de Naples en 2003, cet Euronoise a établi un record de participation avec près de 600 délégués de 38 pays. Forte d’environ 80 personnes, la délégation française tenait la première place des délégations étrangères avant l’Allemagne, la Suède, les Pays Bas, le Danemark, l’Italie et le Royaume Uni. A noter également une participation nord-américaine et japonaise significative.

Quatre conférences plénières ont été présentées par :
- David Delcampe (DG Environnement à la Commission Européenne), sur la politique de l’Union en matière de gestion du bruit dans l’environnement ;
- Hugo Fastl (Université Technique de Munich), sur les procédures « avancées » pour l’évaluation psychoacoustique du bruit ;
- Peter Goranson (Royal Institute of Technology, Stockholm), sur les matériaux et structures « avancées » pour la réduction du bruit ;
- Yuka Ylikoski (Université d’Helsinki), sur les relations entre les sollicitations neuronales et la gêne auditive.

Par ailleurs, 44 sessions ont exploré les différentes facettes du thème retenu pour le congrès : « Advanced Solutions for Noise Control ». Parmi celles-ci, une dizaine ont été mises sur pied par des spécialistes français dont la motivation et l’efficacité ont été soulignées par les organisateurs. Par ailleurs, trois tables rondes consacrées aux politiques européennes et internationales en matière de bruit dans l’environnement, à la problématique du bruit au travail et à la qualité acoustique des objets et matériels, ont été organisées par l’International Institute of Noise Control Engineering.

Les sessions et tables rondes ont plus particulièrement couvert les domaines suivants :
- mesure et analyse : méthodes, antennerie, incertitudes
- modélisation : sources, vibroacoustique, bâtiment
- sources : machines, véhicules, roue-rail, pneumatique-chaussée…
- psychoacoustique et qualité sonore des objets et matériels
- matériaux : bâtiment, isolation de façades, matériaux « durables »
- contrôle actif du bruit et des vibrations
- bruit de trafic et aéroports
- bruit dans l’environnement, les villes, les salles de classe
- acoustique des salles, des espaces sonores, des zones de repos
- effets du bruit sur la santé
- bruit et vibrations au travail, protections auditives.

Le prochain congrès Euronoise se tiendra à Paris fin juin 2008, à l’occasion du Forum Acusticum organisé par la SFA en association avec l’Acoustical Society of America.

Les actes du congrès Euronoise 2006 sont disponibles sous forme de CD Rom (www.euronoise2006.org).

Remerciements à Jean Tourret (membre du comité de rédaction de la revue Acoustique & Techniques) pour son compte-rendu.