La Préfecture de Paris publie son PPBE infrastructures ferroviaires

La préfecture de Paris a publié le PPBE portant sur les voies de chemin de fer du département parisien. Le document est riche d'informations sur les actions, déjà engagées ou à venir, de réduction du bruit menées par l'Etat et les gestionnaires d'infrastructures.

ppbe pref-paris-ferroviaireLa préfecture de Paris a publié le PPBE portant sur les voies de chemin de fer du département parisien. Le document est riche d'informations sur les actions, déjà engagées ou à venir, de réduction du bruit menées par l'Etat et les gestionnaires d'infrastructures.   

Le plan de prévention du bruit dans l'environnement (PPBE) des infrastructures ferroviaires du département de Paris a été approuvé par arrêté préfectoral le 6 juillet 2012. 

Le bilan des zones de bruit critique recensées sur le territoire de Paris s'établit comme suit : 34 points noirs du bruit (PNB) identifiés par les gestionnaires RFF et RATP, correspondant à 2925 Parisiens exposés à des seuils de bruit supérieurs aux valeurs limites de la journée entière (LDEN > 73 dB(A)), 1434 exposés à des seuils supérieurs aux valeurs limites de nuit (LN > 65 dB(A)) et 3 établissements sensibles exposés à des seuils supérieurs aux valeurs limites de la journée entière. 

Les actions engagées depuis plusieurs années, de même que les mesures prévues dans le cadre du PPBE 2012-2017, sont détaillées dans le document.

Côté gestionnaires, la RATP prévoit la résorption de tous ses points noirs du bruit d'ici 2017. Ceux-ci se répartissent en deux zones de bruit critique : dans le 14ème arrondissement, il s'agit d'habitations situées à moins de 10 mètres des voies du RER B ; dans le 12ème arrondissement, il s'agit du tronçon de la ligne 5 du métro situé entre le quai de la Rapée et la Gare d'Austerlitz (PNB exclusivement dû à l'apparition de crissements de courbe). Pour la résorption des PNB situés dans le 14ème arrondissement de Paris (rue Empereur Julien et avenue René Coty), la solution retenue est le traitement de façade. La convention de financement signée avec l'ADEME en décembre 2010 prévoit notamment la réalisation d'une étude thermique complémentaire destinée à concilier les performances acoustiques avec les exigences de renouvellement d'air, de confort thermique (été, hiver), de sécurité des personnes (extraction de fumée, chauffe-eau à gaz) et de contribuer au respect des exigences de la RT 2012. Dans le 12ème arrondissement, la RATP prévoit le remplacement des modèles de rame MF67 par les modèles MF01, équipés de roues monobloc et de joncs insonorisants. A noter que la ligne 5 sera intégralement équipée de ces modèles en 2013.

Pour sa part, RFF s'engage à proposer un programme de résorprtion des PNB parisiens qui reposera principalement sur du traitement de façade. Sous réserve de l'obtention des financements nécessaires (financement ADEME), RFF réalisera le diagnostic de l'isolation acoustique des bâtiments respectant le critère d'antériorité, les travaux dont l'isolation est insuffisante seront chiffrés. RFF sera alors en mesure de proposer pour chaque PNB parisien, le degré de priorité, les actions envisageables, les besoins financiers annuels et les délais nécessaires afin que le Préfet de Paris puisse élaborer un plan départemental de résoprtion des points noirs du bruit concernant le réseau ferroviaire. Compte tenu de la densité de l'urbanisation à Paris, les mesures de protection à la source comme la mise en place d'un écran acoustique ne sont pas envisageables. Sur cette période, RFF poursuivra par ailleurs les actions déjà engagées pour prévenir et réduire le bruit aux abords de ces infrastructures (par exemple : couverture des voies à Austerlitz).  

Le plan de prévention du bruit dans l'environnement des infrastructures ferroviaires du département de Paris est téléchargeable sur le site internet de la préfecture de la région Ile-de-France, rubrique « La préfecture et vous / Particuliers / Prévention des risques / informations relatives au bruit ».