Limitation à 70 km/h du périphérique parisien : quel gain acoustique ?

Depuis le 10 janvier 2014, la vitesse maximum autorisée sur le boulevard périphérique parisien est passée de 80 à 70 km/h. Bruitparif, l'observatoire du bruit en Ile-de-France, a comparé les données de mesures de trois de ses stations déployées le long de la rocade parisienne. La baisse constatée s'établit à 1,2 dB(A) pour la période de nuit, et à 0,5 dB(A) pour la période de jour.

photo-periph-copyright-bruitparifDepuis le 10 janvier 2014, la vitesse maximum autorisée sur le boulevard périphérique parisien est passée de 80 à 70 km/h. Bruitparif, l'observatoire du bruit en Ile-de-France, a comparé les données de mesures de trois de ses stations déployées le long de la rocade parisienne. La baisse constatée s'établit à 1,2 dB(A) pour la période de nuit, et à 0,5 dB(A) pour la période de jour.

L’évaluation a été réalisée à partir de la comparaison des niveaux sonores avant et après la limitation à 70 km/h, mesurés par trois stations de Bruitparif. L'une des stations est positionnée en situation riverains (entre la porte de Bagnolet et la porte des Lilas, au niveau de la rue Pierre Soulié, dans le 20ème arrondissement), les deux autres sont situées au niveau du terre-plein central du périphérique (porte d’Auteuil et porte de Vincennes).

La comparaison des données mesurées sur une période de 4 mois avant et 4 mois après l’entrée en vigueur de la baisse de la vitesse limite fait apparaître des diminutions des niveaux de bruit assez faibles mais néanmoins significatives : sur la période nocturne (22h-6h), la baisse constatée s’établit en moyenne à -1,2 dB(A) ; sur la période diurne (6h-22h), la diminution est de -0,5 dB(A).

Cette différence de gain à la faveur de la période nocturne s'explique par le fait que, la journée, les fréquents embouteillages font que les vitesses de circulation sont souvent inférieures à la vitesse limite, contrairement à la nuit.

Selon Bruitparif, ces baisses de -1,2 dB(A) et -0,5 dB(A) correspondent respectivement à ce qui pourrait être obtenu par une réduction de l’ordre de 25 % et 10 % du volume de trafic.

Source : www.bruitparif.fr - article du 27 mai 2014