Journée portes ouvertes d’ACOEM : le CIDB sensibilise les familles aux risques auditifs

Le 19 septembre dernier, le groupe lyonnais ouvrait ses portes à l’ensemble de ses collaborateurs et à leur famille. Pour l’occasion, le CIDB a animé un atelier de sensibilisation aux risques auditifs liés à l’écoute de la musique amplifiée. La séance a notamment consisté en une démonstration de la tête acoustique 01dB permettant d’évaluer le niveau sonore des baladeurs.

acoem-cidb-sensibilisation-risques-auditifsLe 19 septembre dernier, le groupe lyonnais ouvrait ses portes à l’ensemble de ses collaborateurs et à leur famille. Pour l’occasion, le CIDB a animé un atelier de sensibilisation aux risques auditifs liés à l’écoute de la musique amplifiée. La séance a notamment consisté en une démonstration de la tête acoustique 01dB permettant d’évaluer le niveau sonore des baladeurs.

Le samedi 19 septembre dernier, à Lyon, le groupe ACOEM ouvrait ses portes à l’ensemble de ses collaborateurs et à leur famille. L’occasion de faire découvrir à tous de façon ludique les domaines d’expertise de cette société française que sont l’ingénierie acoustique, la protection des armées et la surveillance environnementale. Dans ce contexte, ACOEM, a fait appel au Centre d’information et de documentation sur le bruit (CIDB) afin d’animer un atelier baptisé pour l’occasion « l’Oreille Cassée » destiné à informer sur les risques auditifs liés à l’écoute de musique à haut niveau sonore. Cette animation, d’une durée de vingt minutes, s'est articulée en deux parties : une conférence au cours de laquelle ont été abordés les thèmes de la physique du son, de la physiologie de l’oreille, des effets du bruit sur la santé ainsi que des risques associés à une écoute prolongée de musique amplifiée ; un test baladeur effectué grâce à la tête acoustique de 01dB, la marque dédiée à la prévention des nuisances sonores et vibratoires du groupe. 

Pour illustrer la notion de dose de bruit, le volume maximum réel sortant d’un baladeur a été mesuré. Ce volume a été associé à une durée d’écoute considérée comme « sans risque pour les oreilles ». Lors de ce test, le volume maximal pouvait atteindre jusqu’à 102 dB(A) correspondant à une durée d’écoute de 10 minutes sans risque pour l’audition… Nous ne le rappellerons jamais assez, ce qui peut-être dangereux, c’est l’intensité associée à une durée d’exposition sonore ! Cet atelier a également permis de mettre en évidence une différence importante de volume selon les types d’écouteurs. En effet, avec le même MP3 réglé au même volume, une différence allant jusqu’à 8 dB (A) a pu être constatée. Attention donc lors de l’achat d’écouteurs séparément du lecteur MP3.

Ce sont près d’une centaine de parents et enfants qui ont pu, lors de l’une des six séances proposées durant la journée, prendre conscience des dangers associés à l’écoute de la musique amplifiée à fort volume sonore. Pour profiter pleinement de la musique le plus longtemps possible, il est, en effet, primordial d’adopter un comportement d’écoute responsable. Cette sensibilisation auprès des jeunes apparaît aussi bien pertinente que nécessaire. En effet, une récente étude du CIDB1 montre que 59 % des élèves de primaire (du CE1 au CM2) fréquentent les concerts avec leurs parents, dont 54 % d’entre eux estiment que les niveaux sonores sont trop forts. L’usage nocturne du baladeur constitue également une pratique d’écoute à risque. Il est montré que 21 % des enfants interrogés s’endorment le soir en écoutant de la musique sur leur MP3, dont 16 % le font tous les jours.

Elsa Erimée et Agathe Chateauminois

1 Rozec V. (2015). La perception de l’environnement sonore en milieux scolaires ; les pratiques des élèves en matière de musiques amplifiées de l’école primaire au lycée.