Nicolas Frize : des sons au sens et du sens aux sons

« Peut-être, ca va…arriver », tel est le titre de la dernière création musicale de Nicolas Frize, qui sera présentée en janvier 2013. Ce projet a pour objectif de combiner, de la façon la plus inattendue et nouvelle possible, la musique et la littérature dans une rencontre vivante, passant des sons au sens et du sens aux sons.

peut-etre-ca-va-arriver« Peut-être, ca va…arriver », tel est le titre de la dernière création musicale de Nicolas Frize, qui sera présentée en janvier 2013. Ce projet a pour objectif de combiner, de la façon la plus inattendue et nouvelle possible, la musique et la littérature dans une rencontre vivante, passant des sons au sens et du sens aux sons.

Depuis le mois de mai dernier, le compositeur de musique contemporaine travaille à une création musicale autour d’un texte de Marie Desplechin, qui associe 75 bénévoles très éloignés de la pratique artistique et quelques musiciens professionnels (voix soprano et baryton, clarinette basse, basson, luth, psaltérion, percussions). Ce projet a pour objectif de combiner, de la façon la plus inattendue et nouvelle possible, la musique et la littérature dans une rencontre vivante, passant des sons au sens et du sens aux sons.

Un premier concert a été donné fin décembre dans une salle de la cité des 4000 à la Courneuve. Deux autres représentations gratuites suivront en janvier dans un gymnase à Stains et à la maison de la Légion d’honneur à Saint-Denis. France Inter a consacré son émission Périphéries du dimanche 6 janvier à cette création. Le journaliste Edouard Zambeaux a accompagné les derniers réglages de ce concert en compagnie des artistes amateurs que Nicolas Frize a recruté en allant presque les chercher chez eux, par l’intermédiaire des missions locales, des associations de quartiers, des services sociaux départementaux. Au total, 75 habitants de Saint-Denis, Stains et la Courneuve participent à cette création.

Le compositeur ne prétend pas avoir une démarche caritative, humanitaire mais souhaite ouvrir la pratique artistique et la création à des personnes qui sont parfois dans l’autocensure culturelle et ont tendance à se retirer pour ne pas voir les choses auxquelles elles n’ont pas accès. L’objectif est de les emmener sur un terrain artistique professionnel et reconnu. C’est une question politique, une question de droit. « Je leur propose simplement un lieu de travail ».

Que pensent ces artistes de cette expérience originale ?: « Participer, ça m’a plu ! c’est un plaisir de participer à quelque chose . Il faut le vivre pour le croire, je vis des bons moments, je prends des cours de chant, je fais de la musique particulière. Cela raconte une histoire, ça raconte la vie, la vie tout simplement ». « Ca m’a fait plaisir. C’est tellement émouvant. C’est bien, c’est de l’art ».

Nicolas Frize travaille depuis plus de trente ans dans ce type de démarches. Il joue avec les franges du travail social à la lisière de son œuvre musicale. Il parcourt les lieux où vivent les gens, l’usine, l’école, le foyer, les lieux où ils échouent comme la prison ou l’hôpital, offrant par la création artistique, un espace privilégié de reconstruction du sensible dans le collectif. Un des ressorts de cette réussite passe par une esthétique musicale contemporaine exigeante, éloignée des usages.

Dates des prochains concerts : Dimanche 13 janvier - Gymnase du SIVOM 
33, rue d’Amiens 93240 Stains - 16h30 - Samedi 26 janvier -  Salle de la Légion d’Honneur 
6, rue de la Légion d’Honneur à Saint-Denis - 20h30 - Dimanche 27 janvier 2013 - Saint-Denis Salle de la Légion d'Honneur - 17h00

www.nicolasfrize.com