Télérama : un numéro bien silencieux pour ce mois d’août !

Cet été, le magazine Télérama a consacré un numéro spécial sur le thème du silence. Des articles variés touchant à ce thème mystérieux nous sont proposés. Des scientifiques, artistes, bio-acousticiens et acousticiens, architectes, musiciens et acteurs nous témoignent leur vision du silence et la façon dont ils s’en inspirent. Vous pourrez trouver dans ce numéro spécial plusieurs articles portant sur ce thème, dont certains ont retenu notre attention. En voici les résumés.

telerama-silence-couvertureCet été, le magazine Télérama a consacré un numéro spécial sur le thème du silence. Des articles variés touchant à ce thème mystérieux nous sont proposés. Des scientifiques, artistes, bio-acousticiens et acousticiens, architectes, musiciens et acteurs nous témoignent leur vision du silence et la façon dont ils s’en inspirent. Vous pourrez trouver dans ce numéro spécial plusieurs articles portant sur ce thème, dont certains ont retenu notre attention. En voici les résumés.

 

Le Silence est une frontière

Dans le premier article du Télérama, Vincent Remy a recueilli lors d’un entretien les propos de David Le Breton, anthropologue et sociologue, qui a écrit un livre il y a 20 ans s’intitulant « Du silence ». Pour cet invité, le silence est devenu de plus en plus rare dans un monde toujours plus connecté, où la communication explose mais où les rencontres se font rares. Pour lui, le silence est l’ultime frontière. Il souligne que le silence à toute son importance pour rythmer et marquer une conversation, laisser le temps de la réflexion à chaque interlocuteur, en opposition aux bavardages sans fin, dénués de sens. « Le silence nous confronte à l’intériorité, à la personne que l’on est ». De ce fait, le silence implique souvent une peur. Il fait cependant l’éloge du silence, tout comme l’éloge de la parole, qui sont tous les deux des thèmes aussi importants dans une communication et permettent de maintenir les liens établis avec nos proches. Au cours de cet entretien, il nous livre que le silence peut être aussi relié à la voie sacrée, la prière est souvent silencieuse. David Le Breton indique également que le silence est désormais un luxe, et se révèle être une vraie valeur ajoutée en terme d’habitation. Il n’y a qu’à voir le coût de l’immobilier dans les endroits « tranquilles » et dépourvus de bruit, si rares de nos jours. Pour finir, ce sociologue nous rappelle à travers sa « joyeuse inquiétude » l’importance du phénomène de sur-communication actuel, et souligne la place du silence dans notre société.

 

Islande, lieu de méditation

De nombreux artistes trouvent leur inspiration sur cette île ! A travers son article, Yohav Oremiatzki nous fait découvrir ces personnes qui ont été inspirées par cette terre de méditation et d’inspiration. Que ce soit le romancier Jon Kalman Stefansson, la chanteuse Bjork, la danseuse et chorégraphe Erna Omarsdottir, producteur et ingénieur du son Valgeir Sigurdsson ou « designer de silence », le compositeur Hilmar Orn Hilmarsson, l’artiste Gustav Geir Bollason, l’écrivain Hallgrimur Helgason, ils ont tous été conquis par cette île. L’Islande, île sauvage où la nature est omniprésente et laisse place à des paysages somptueux, des lieux bercés par les sons de la nature (vent, pluie, air…), aide à trouver le calme intérieur et la force nécessaire pour produire de belles œuvres.

 

Les oiseaux s’envolent !

Marc Belpois est parti à la rencontre de l’ornithologue Grégoire Loïs, qui nous fait part de ses observations dans le cadre du programme Vigie Nature, porté par le Museum national d’histoire naturelle. En France, un tiers des oiseaux en milieu agricole, qui étaient présents en 1989 n’existent plus aujourd’hui. Et nos oreilles s’habituent à cette absence de chants d’oiseaux. Pour cet ornithologue, « Le chant des oiseaux, lui, fait partie intégrante du silence. Sinon, c’est le néant, le vide, l’angoisse ! ».

 

L’art du silence

Le silence s’exprime aussi par la peinture, c’est ce que nous apprend Olivier Cena… Les peintres du silence, comme Hopper ou encore Friedrich, produisent des œuvres « silencieuses » ou qui donnent un sentiment d’apaisement et de calme au spectateur. Les avis divergent, mais c’est l’impression générale qui en ressort. Ces tableaux « silencieux » peuvent représenter un paysage inhabité, un ciel tranquille, une nature morte ou des personnages discrets, sans présence de dialogues.

 

Architectes et acousticiens

D’après le dernier rapport du Conseil National du Bruit, le coût social du bruit en France s’élève à 57 milliards d’euros ! S’isoler des bruits de la ville et de son propre voisin devient une question omniprésente aujourd’hui, c’est ce que nous raconte Luc Le Chatelier dans son article. C’est une question majeure, surtout lorsque l’on connaît les effets du bruit sur la santé (troubles du sommeil, maladies cardiovasculaires, troubles de l’apprentissage, surdité, pertes de productivité ect…). Mais comment trouver le bon équilibre ? Trop de silence peut inquiéter comme trop de bruit peut être devenir invivable. Jean Paul Lamoureux, acousticien, détaille les méthodes employées dans les bâtiments pour obtenir une bonne acoustique. Des chantiers remarquables avec de très fortes exigences acoustiques nous sont présentés, tels que la Maison de la Radio ou le Palace parisien « le Crillon ». Des « architectes du son », comme Nadine Schütz travaillent sur les paysages sonores en milieu urbain. Aujourd’hui, architectes et acousticiens doivent s’accorder et trouver des solutions pour améliorer l’environnement sonore des citadins.

 

La minute de silence !

Le Télérama aborde également la minute de silence. Cette pratique est connue pour se recueillir collectivement, pour rendre hommage. Elle a pris une dimension internationale au fil des années. D’après Stéphane Jarno, il semble que la mise en pratique de la minute de silence a été amorcée en Angleterre en 1919. Elle est souvent réalisée dans les stades avant un événement sportif important, dans les écoles, dans les entreprises, sur les places publiques. A la suite de tragiques évènements, à la mémoire de nombreuses victimes ou d’une grande personnalité, tout le monde se réunit debout, en cercle ou non, regardant vers le sol et se taisant pendant une minute. Comme l’indique Stéphane Jardo, « se tenir debout à un endroit donné et sans mot dire est devenu un acte politique. Il est des rassemblements silencieux plus éloquents que des discours de campagne… ». Ce qui est sur, c’est que sans un mot, cette minute de silence se révèle toujours être très forte en émotion. 

 

Les dernières zones silencieuses

Un article de Stéphane Jarno consacré uniquement aux sons de la nature se doit d’être souligné. Muni d’un sonomètre, le bio-acousticien Gordon Hempton part à la recherche des coins les plus silencieux de la planète ! Il n’en a trouvé qu’une cinquantaine aujourd’hui… Des zones « calmes ou silencieuses » sont caractérisées par l’absence de tout bruit humain pendant 15 minutes consécutives. Dur de trouver ces endroits rarissimes… surtout avec l’augmentation fulgurante du trafic aérien.

 

SMS et émoticônes : langage muet

Pour Télérama, Frédéric Strauss a écrit un article a propos du langage SMS. Omniprésent, ce langage est une pratique permettant une conversation muette mais tout aussi vive que la parole ! Des milliers de messages sont envoyés chaque jour. C’est une nouvelle forme d’expression. Le SMS va à l’essentiel, en silence, en laissant parfois les formules de politesse de côté. En Belgique, des sociolinguistes de l’université catholique de Louvain ont mené une étude sur l’impact des SMS sur la langue française. Selon Louise-Amélie Cougnon, « le français ne bouge pas, on ne détruit pas la langue, on joue avec ». Il existe également les émoticônes, des petites images, qui ont remplacé les mots et permettent de faire passer une émotion, un état d’esprit dans lequel nous nous trouvons. Dans cet article sont également abordés les « abused emojis », nouvelle manière de s’exprimer pour les enfants en difficultés. Et pour finir, il faut souligner le triste revers de la médaille : nous pouvons envoyer des messages partout et à tout moment, mais l’absence de réponse immédiate à ces derniers nous plongent dans une attente insupportable.

 

Le silence à la radio et au cinéma

Aude Dassonville aborde le sujet du silence à la radio. Un moment de silence, un blanc ou un incident technique et il faut vite le combler par de la musique, ou par les phrases d’un autre interlocuteur. Au contraire, les blancs et les silences dans la manière de s’exprimer sont indispensables, les auditeurs en sont friands et tendent l’oreille à ces moments là. De même, le silence au cinéma, raconté par Guillemette Odicino, l’absence de dialogues pour certains scénarios, voilà une autre manière de mettre en scène les personnages et de s’exprimer. Souvent, le silence au cinéma créé la gêne et mets les spectateurs dans une situation inconfortable. De nombreux réalisateurs se sont essayés à cet exercice, qui n’est pas si facile que ça. Les acteurs incarnant des personnages peu bavards, se révèlent souvent mystérieux.

 

Coins tranquilles, où les trouver ?

En supplément, Télérama « Sortir » nous propose plusieurs bons plans cet été à Paris. Des lieux, des spectacles touchant au thème du silence. Par exemple, pour découvrir le lieu le plus silencieux à Paris ou tester un cours de langue des signes, passer une nuit dans un couvent dans le silence le plus profond, tester un vol de nuit en ballon au dessus de la ville de Paris loin du Brouhaha, regarder un spectacle de danse sans musique…! Enfin, quatre lieux pour trouver le calme à Paris vous sont proposés : la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, la Bibliothèque Mazarine, Zen – Bar à Sieste à Choiseul dans le 2ème arrondissement et le lac Daumesnil dans le bois de Vincennes.

 

Plus d'informations sur le site de Télérama

Télérama N° 3473-3774 - du 6 au 19 aout 2016