Eoliennes et bruit : les précisions de l’ADEME

Dans un dossier de presse du 6 avril 2004, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) rappelle les avantages de la filière éolienne et apporte des éléments d’appréciation par rapport aux critiques dont elle fait l’objet. Concernant le fréquent reproche du bruit généré par leur activité, si les éoliennes « anciennes générations » étaient bruyantes, il faut savoir qu’elles sont désormais de plus en plus silencieuses. Les progrès technologiques aidant – diminution de la vitesse de rotation des pales, engrenages de précision silencieux, montage des arbres de transmission sur amortisseurs, capitonnage de la nacelle –, à 400 mètres de distance, le bruit d'une éolienne n'est guère plus perceptible.

Des engrenages de précision silencieux ont permis de diminuer le bruit mécanique du multiplicateur situé dans la nacelle. Le capitonnage de la nacelle permet de réduire les bruits centrés dans les moyennes et hautes fréquences. Le bruit aérodynamique résulte quant à lui de l’écoulement et du freinage du vent à travers les pales : des efforts portés ces dix dernières années sur la conception des pales ont permis une réduction substantielle de ce bruit de souffle caractéristique. Enfin, le vent, en fonction de sa vitesse, participe à l’effet de masque : le niveau sonore d'une éolienne se stabilise quand le vent atteint une certaine vitesse ; au-delà, le bruit du vent augmente encore et vient couvrir celui de la machine.

L'émergence réglementaire maximale tolérée est de 3 dB(A) la nuit et 5 dB(A) le jour, à l'extérieur d'une habitation. Elle est obtenue en comparant, à un point donné, le niveau sonore ambiant près des habitations riveraines avec et sans le bruit du parc éolien. En prévoyant la propagation du son autour d'éoliennes, on peut limiter le risque de nuisance sonore et ainsi respecter la réglementation. Des méthodes existent pour évaluer leur impact sonore. Dans l’estimation, on tient compte, par exemple de la direction des vents dominants, qui correspond à une propagation plus importante du son. Il est également tenu compte du nombre d'éoliennes. A noter que l'augmentation du niveau sonore n'est pas proportionnelle au nombre de machines : une personne placée à égale distance de deux sources sonores percevra une augmentation de 3 dB(A) ; quatre sources sonores augmenteront le niveau sonore de
6 dB(A). Au Danemark ou en Suède, les éoliennes sont en général implantées à plus de 300 m de l'habitation la plus proche.Ademe - Un vent nouveau doit souffler sur l'éolien - Un engagement fort pour un potentiel conséquent - 6 avril 2004 Lire le dossier de presse